Home Store Products Research Design Strategy Support News
 Research | Napoleonic Spectateur Militaire Histoire de l'armée d'Italie French 33e de bataille

HISTOIRE
Régimentaire et Divisionnaire
DE L'ARMÉE D'ITALIE

33e DEMI-BRIGADE DE BATAILLE.

La 33e demi-brigade de bataille arriva à Milan le 6 septembre 1796. Elle se divisa presque aussitôt; son 1er bataillon se rendit, partie à Pavie, partie à Plaisance; le 3e gagna Chiari, Brescia, Peschiera et Vérone, où il fut joint par le 2e, avec lequel il se porta le soir même à Saint-Martin. Rendus à Castelachio, le 28, les deux bataillons marchèrent, le 29, sur les redoutes du pont de Tortone, que l'ennemi abandonna à leur approche. Les tirailleurs, conduits par le capitaine Delibas, le poussèrent si vivement qu'un de ses escadrons fut coupé et obligé de se retirer sur Meggio, où il fut désarmé par la population. Les volontaires, emportés par leur courage, s'approchèrent trop de Mantoue; une décharge de mitraille leur tua 3 hommes.

La demi-brigade passa toute la journée du 30 à portée de fusil des murailles. Le 1er octobre, elle s'établit un peu en arrière, la droite à la grande route de Montanara, la gauche au lac. Jointe, le 17, par son 3e bataillon , elle resta d'abord paisible. Mais le 28 toutes les batteries qui donnent sur le village de Saint-Lazare se réveillèrent inopinément; elle courut aux armes, et attendit que les ennemis parussent. Sa bonne contenance les tint en échec; elle n'eut que quelques hommes hors de combat. Le volontaire Chaulois donna dans cette circonstance l'exemple d'une intrépidité peu commune. Plusieurs de ses camarades, employés comme lui aux travaux du siége , avaient abandonné les ouvrages. Il les appelle, les sermonne, leur demande si la mort leur fait peu. Pendant qu'il parle un obus tombe à ses pieds; il le saisit, arrache la mèche, et, la leur montrant: - Tenez, leur dit-il, voilà comme il faut faire. Les fuyards se pénètrent de son audace, et reviennent à leur poste.

Le 9 novembre, le général Lebley conduisit le 1 et le 3e bataillon au château de Virgiliana. L'ennemi, venu par le lac dans l'espérance de surprendre la demi-brigade, fut obligé de se rembarquer. Le 3e bataillon retourna au camp le 11, et ne laissa que les grenadiers au château.

Le 12, le 1er et le 3e bataillon quittèrent le blocus. Ils gagnèrent Vérone, Bussolengo, et prirent position à Rivoli. Ils usèrent les jours suivants en marches, en contre-marches, et revinrent le 1er décembre sur cette position. Ils y trouvèrent les Autrichiens, les chassèrent, après leur avoir fait 500 prisonniers; puis ils s'établirent au-dessus du village, où ils restèrent jus qu'au 10. Le 2e bataillon alla bivouaquer au Passon.

On était au 20 janvier 1797. L'ennemi, revenant à la charge, commençait à déboucher; les deux derniers bataillons, et 3 compagnies du 1er se mirent en marche pour la Corona. Du lac de Garda à Caprino, il n'y avait que les grenadiers et 6 compagnies du 1er bataillon. La Gauche se trouvait découverte, et l'ennemi paraissait résolu d'attaquer. Ces compagnies se portèrent sur la gorge de Caprino. Elles y trouvèrent les Autrichiens, et leur firent une centaine de prisonniers; mais se laissant emporter, elles donnèrent au milieu de leurs colonnes, et furent rejetées sur Rivoli. La division Joubert ne tarda pas à s'y retirer elle-même.

La demi-brigade monta à Saint-Marc, où étaient déjà les masses autrichiennes. Elle les chargea , et, soutenue par la 29e légère elle leur prit deux drapeaux L'adjudant-major Martin fit preuve de courage dans ces circonstances difficiles: pris avec quelques soldats qu'il conduisait à travers une gorge étroite, il réussit à se dégager, veut enlever un drapeau, est fait prisonnier une deuxième fois et reste dans les mains de l'ennemi.

Le feu devenait toujours plus vif; il était midi. Le 2e bataillon fut refoulé sur la montagne de Saint-Marc, et le sergent-major Tibi fut enlevé avec le drapeau. Témoin de cette perte, un fourrier s'élance au milieu des Autrichiens et leur arrache la bannière qu'ils ont saisie. Il tombe percé de coups. Le capitaine Masson le remplace, mais il est lui-même étendu sans vie, et le drapeau reste à l'ennemi. Au même moment les grenadiers Gransard et Selosse aperçoivent une douzaine de leurs camarades conduits par trois Allemands: - Comment, s'écrient-ils, trois coquins emmèneront tant de monde! En prononçant ces paroles, ils fondent sur les Autrichiens. Gransard en prend un au collet; mais son adversaire plus fort, plus vigoureux le saisit à bras le corps. Selosse accourt, et le tire de si près qu'après l'avoir traversé, sa balle va blesser le second; le troisième met bas les armes et suit les volontaires délivrés.

Le capitaine Pierre, qui commande le 1er bataillon, se porte avec sa troupe au village de Saint-Martin encore occupé par l'ennemi; il y entre au pas de charge et s'en rend maître sans tirer un coup de feu.

La 33e se trouvait tout entière en tirailleurs, et cependant l'ennemi se groupait sur un plateau. Le chef de brigade Leval rassemble quelques hommes à la hâte; il se précipite avec eux sur les Autrichiennes, et, soutenu par la 14e, s'empare de deux bouches à feu. Une vingtaine de grenadiers en prennent une autre, le sergent-major Masselin en enlève une quatrième.

La 33e fit halte après ces deux sanglantes journées. Chargée de garder le champ de bataille, d'enterrer les morts , elle ne rentre en opérations que le 27 janvier. Le Ier bataillon gagna Montagna, Montebaldo, Torbole, et arriva le 31 à Mori. Les deux antres se portèrent sur la rive droite de l'Adige, joignirent l'ennemi, lui enlevèrent 200 hommes, et le refoulèrent sur Alla. Ils essayèrent d'enlever la position; mais elle était retranchée, couverte d'artillerie, ils ne purent la forcer; néanmoins, dès que la nuit fut close, l'ennemi s'éloigna.

Les trois bataillons était de nouveau réunis , la demi-brigade se mit en marche. Elle dépassa Roveredo, Trente, Gardole, et atteignit les Autrichiens à Saint-Michel. Ses grenadiers gravirent la montagne sans tirer un coup de fusil; les bataillons suivirent; en un clin d'oeil tout fut enlevé.

L'adjudant-major Martin, qui venait d'être échangé, sauta dans les retranchements. Le sergent-major Ménard, blessé d'un coup de feu, refusa de quitter le champ de bataille. Le soldat exalté par tant de bravoure ne connaissait pas d'obstacles.

La demi-brigade poussa sur Clausen; elle joignit l'ennemi devant cette ville, et lui fit 800 prisonniers. Revenue quelques jours après à Bolzano, elle trouva la garnison aux prises avec les paysans, les mit en fuite, et leur enleva même quelques prisonniers. Ils ne se tinrent pas néanmoins pour battus. Le lendemain ils revinrent intrépidement à la charge, fondirent sur la 33e, la poussèrent dans le faubourg, et réussirent à bloquer trois compagnies, qui furent dégagées la nuit suivante par le 3e bataillon. L'action recommença de nouveau, et se soutint encore toute une journée. Les grenadiers, à leur ordinaire, déployèrent une valeur peu commune. L'un d'entre eux, appelé Melville, se distingua surtout par son désintéressement. Entré dans une métairie pour la fouiller, il trouve, au lieu d'armes, une bourse pleine d'or: - Mes amis, dit-il à ses camarades, ce n'est pas là ce que nous cherchons; prenons les carabines, nous en avons le droit; mais ceci appartient à cette femme, je le lui rends.

La demi-brigade évacua Bolzano la nuit suivante, et se retira sur Brixen. Elle entra ensuite en Carinthie, et gagna Villach, où elle reçut la nouvelle des préliminaires de Leoben.

Le chef de brigade,

LEVAL.

Previous: 29e légère
Next: 64e de bataille

Library Reference Information

Type of Material: Text (Book, Microform, Electronic, etc.)
Personal Name: B., A.
Main Title: Histoire régimentaire et divisionnaire
de l'armée d'Italie,
commandée par le général Bonaparte :
historiques des demi-brigades rédigés
en vertu des ordres du général en chef Bonaparte
par les chefs de corps ou les conseils d'administration /
recueillis par A.B. ;
avec une carte,
dressée spécialement pour l'intelligence du texte.
Published/Created: Paris : A la direction du Spectateur militaire, 1844.
Description: 328 p., [1] folded leaf of plates : map ; 23 cm.
Subjects: Napoléon I, Emperor of the French, 1769-1821 --Military leadership.
First Coalition, War of the, 1792-1797--Campaigns--Italy.
LC Classification: DC223.4 .B11
Pages: 260-XX