Home Store Products Research Design Strategy Support News
 Research | Napoleonic Spectateur Militaire Histoire de l'armée d'Italie French 1er régiment de hussards

HISTOIRE
Régimentaire et Divisionnaire
DE L'ARMÉE D'ITALIE

1er RÉGIMENT DE HUSSARDS.

Le 1er régiment de hussards joignit l'armée d'Italie dans le mois d'avril 1796.

Il assista le 22 à la bataille de Mondovi, et se trouva le 25 à la prise de Cherasco. Un de ses escadrons, conduit par le capitaine Mathis, passa le Pô le 8 mai, et tombant aussitôt sur un parti de cavalerie autrichienne, il la mena battant jusqu'à Saint-Roch. Le 10, le régiment franchit l'Adda au-dessus de Lodi: les troupes impériales qu'il cherchait à tourner ne l'attendaient pas; elles furent mises en fuite, et lui abandonnèrent retranchements et canons. Un grand nombre de hussards furent tués ou blessés; le sous-lieutenant Rodvelche resta sur le champ de bataille. Le chef de brigade Glad se retira à la suite de cette affaire, et fut remplacé par Bougon.

Le 30, le 1er de hussards passa le pont de Borghetto. Conduit par le général Murat, il battit la cavalerie napolitaine, et lui fit un nombre considérable de prisonniers, parmi lesquels se trouvaient divers officiers supérieurs, dont un rendit les armes à l'adjudant Greff. Une cinquantaine d'hommes s'étant laissé emporter, l'ennemi fit volte-face et les enveloppa. Tous furent pris ou tués. Le régiment ne tarda pas à prendre sa revanche. Dès le lendemain, il joignit la cavalerie ennemie, lui enleva des prisonniers et la poussa derrière l'Adige.

Les Impériaux ne tenaient plus la campagne. Le régiment alla s'établir à Roverbella, et marcha bientôt après sur Livourne. Les Anglais avaient fait voile à la nouvelle de sou approche; il laissa un escadron dans cette ville, rejoignit l'armée vers la fin de juillet , combattit à Castiglione, et fournit plusieurs charges qui ne furent pas sans influence sur le succès de la journée, mais qui laissèrent longtemps des traces dans ses rangs. Le chef de brigade Bougon perdit la vie; une foule de braves furent tués ou mis hors de combat. Une action aussi meurtrière n'avait pas encore eu lieu. Le régiment continua néanmoins à combattre et à harceler les Autrichiens. Il les poussa le 5 sur Borghetto, passa le Mincio, et entra le 7 à Vérone.

Il s'engagea le 1er septembre dans les gorges du Tyrol, attaqua l'ennemi le 2, et le poursuivit jusqu'à Alla, Il le joignit encore le 4 sous les ordres du chef de brigade Carové, qui avait succédé à Bougon. L'action fut vive, opiniâtre, et coûta au 1er de hussards 80 hommes et autant de chevaux. Le général Dubois périt; le capitaine Marteau, le lieutenant Georges, furent grièvement blessés. Le chef de brigade Carové poussa à Roveredo, où la lutte n'était pas moins ardente. Il se jeta dans la mêlée à la tète d'une centaine de hussards, et fut tué en combattant avec la plus rare bravoure. Le détachement était outré de sa mort. Les lieutenants Bohn et Morin, le sous-lieutenant Boshertz, l'adjudant Greff, l'exaltent, l'irritent encore; il s'élance sur la colonne ennemie; il la pénètre et la désorganise: 25 pièces de canon, 7 drapeaux, 6,000 prisonniers, sont le résultat de cette charge audacieuse. Le maréchal-des-logis Neiderst, le hussard Grasse, firent preuve dans cette occasion d'une bravoure peu commune.

Le régiment, commandé par le capitaine Apsel, entra le 5 à Trente et poursuivit l'ennemi jusqu'au La Le maréchal-des-logis Weber s'engagea avec un sous-officier autrichien et fut grièvement blessé; il força néanmoins son adversaire à lui rendre ses armes et le fit prisonnier. Le 8, le 1er de hussards arriva à la vue de Bassano. Il se jeta sur un parc qui se trouvait encore sous les murs de cette ville, lui enleva plusieurs pièces de canon, 1,000 chevaux de trait, 400 voitures et une quantité considérable d'équipages de pont. Il marcha le lendemain sur Porto-Legnago, où il entra le 15. Il attaqua l'ennemi le 16, et, après un combat des plus vifs, lui prit 300 cuirassiers. Les maréchaux-des-logis Hans et Weber, le trompette Jacob, tombés dans une division de hulans, ne craignirent pas de la sommer; et ce qu'il y eut de plus singulier encore, ils lui firent mettre bas les armes. Le 17, l'adjudant-général Picard prit le commandement du régiment. On était au mois d'octobre. L'ennemi se montrait de nouveau. On alla à sa rencontre. Le 1er de hussards le joignit devant Bassano, où le trompette-major Plumelin enleva le colonel des hussards de Berdedy. Le régiment revint sur l'Adige et prit part à la bataille d'Arcole. Il essuya dans cette journée des pertes considérables. Il se mit néanmoins à la poursuite de l'ennemi et le rejeta dans les gorges du Tyrol.

Les Autrichiens, si souvent défaits, se rallièrent de nouveau, et surprirent le passage de l'Adige le 14 janvier 1797. Augereau accourut sur leurs traces, et les atteignit le lendemain à Anghiari. La 2e et la 5e compagnies du régiment, qui seules prirent part au combat, fondirent d'élan sur les Impériaux: les canons, les caissons ennemis, tout fut enlevé.

Le 16 eut lieu la bataille de la Favorite. Le chef d'escadron Mesmer fit prisonnier un bataillon de Colloredo. et le hussard Marchet enleva un drapeau. On suivit l'ennemi; une nouvelle action eut lieu près de Trévise. Le 4e escadron, commandé par le capitaine Mathis, chargea la cavalerie impériale, lui enleva 50 chevaux et la mena battant jusqu'à Lovadina.

Le lendemain, le chef d'escadron Muller poussa une reconnaissance et se trouva en face d'une colonne nombreuse. Quoiqu'il n'eût avec lui que deux escadrons, il la fit charger. Une centaine d'Autrichiens furent tués ou blessés. Schneider, hussard à la 5e compagnie, en mit lui seul 11 hors de combat.

Le 11 mars, le régiment eut encore à Lovadina une rencontre où le succès fut vivement disputé; mais enfin la cavalerie ennemie fut rompue et poussée jusqu'à la Piave. Le 12, le 4e escadron passa cette rivière et rejeta les hulans sur Conegliano.

La bataille du Tagliamento s'engagea le 16. Le régiment chargea sur le soir à plusieurs reprises, et poussa une reconnaissance sur Gradisca. Le 4e escadron, conduit par le capitaine Mathis, s'avança sur le village de Nogardo, que l'ennemi occupait en force, et l'enleva. Le 19 eut lieu le combat de Gradisca. La cavalerie impériale fut rompue et perdit une cinquantaine de hussards de Toscane. Le général Bonaparte envoya féliciter le régiment sur le courage et l'activité dont il avait constamment fait preuve.

Arrivé à Adelsberg, le 1er de hussards se répandit de Laybach à Trieste. L'armistice de Léoben eut lieu quelque temps après, et les combats cessèrent.

Previous: 11e légère
Next: 29e légère

Library Reference Information

Type of Material: Text (Book, Microform, Electronic, etc.)
Personal Name: B., A.
Main Title: Histoire régimentaire et divisionnaire
de l'armée d'Italie,
commandée par le général Bonaparte :
historiques des demi-brigades rédigés
en vertu des ordres du général en chef Bonaparte
par les chefs de corps ou les conseils d'administration /
recueillis par A.B. ;
avec une carte,
dressée spécialement pour l'intelligence du texte.
Published/Created: Paris : A la direction du Spectateur militaire, 1844.
Description: 328 p., [1] folded leaf of plates : map ; 23 cm.
Subjects: Napoléon I, Emperor of the French, 1769-1821 --Military leadership.
First Coalition, War of the, 1792-1797--Campaigns--Italy.
LC Classification: DC223.4 .B11
Pages: 244-247