Home Store Products Research Design Strategy Support News
 Research | Napoleonic Spectateur Militaire Histoire de l'armée d'Italie French 19e de bataille

HISTOIRE
Régimentaire et Divisionnaire
DE L'ARMÉE D'ITALIE

19e DEMI-BRIGADE DE BATAILLE.

La 19e demi-brigade de bataille, forte de 2,700 hommes, habillés, équipés, armés à neuf, arriva à Plaisance, le 1 juin 1796. Elle gagna Faenza , Pistoja, et se rendit au blocus de Mantoue, où elle se déploya de la maison Micalis à Saint-Lazare. Elle fut d'abord peu inquiétée, mais le 16 juillet amena sur elle des nuées d'Autrichiens; tandis que les uns l'attaquaient sur sa gauche, les autres débarquaient sur ses derrières elle fut au moment d'être enfoncée. Elle se soutint cependant; les officiers donnaient l'exemple du courage; les soldats étaient résolus, intrépides; l'ennemi fut culbuté après une lutte opiniâtre, et laissa 300 morts sur la place.

La demi-brigade prit l'attaque à son tour; elle se jeta sur les postes que la garnison tenait à la porte Cerèse, et les refoula sous les palissades. Elle ouvrit alors la tranchée, ne cessa plus d'avoir la main aux travaux, de veiller à une batterie incendiaire qu'elle avait construite. Sa vigilance ne put néanmoins la mettre à l'abri des surprises. Un de ses postes fut attaqué à l'improviste le 25, et faillit être enlevé; heureusement quatre fusiliers intrépides, Blossier, Furt, Bonhomme et Marblin étaient de garde à la batterie; ils relevèrent une pièce que les ravages du canon autrichien avaient fait abandonner; ils la mirent en batterie, et ne cessèrent de mitrailler que lorsque l'un d'eux eut une jambe emportée et qu'un autre eut perdu la vie. Ce trait de vigueur désorganisa l'attaque; le poste et la batterie échappèrent.

La demi-brigade appuya peu après sur la gauche: elle gagna Marcaria, le 1er août, et s'établit du côté de la rivière, mais elle perdit encore ce jour-là quelques hommes que l'ennemi fit prisonniers. Le lendemain, elle s'avança sur le Casaco , chassa les houlans et brûla le pont. Elle partit après ce coup de main pour Castiglione, et déboucha avec la division Serrurier sur la gauche des Autrichiens. Elle trouva les deux armées aux prises, s'empara d'un poste retranché et fit une centaine de prisonniers; elle laissa de son côté une trentaine d'hommes sur le champ de bataille.

Elle joignit l'armée sur la rive droite du Mincio, gagna Peschiera, Villafranca, et se présenta, le 23, devant Governolo. Elle jeta une compagnie de grenadiers dans des bateaux, força le village et prit encore une cinquantaine d'hommes. Elle s'établit ensuite à Borgo-Forte, à Sainte-Marie-des-Grâces, à Marmirolo, contint la garnison de Mantoue et repoussa constamment les attaques qui furent dirigées sur elle. Plus d'une fois cependant l'épreuve fut assez rude. Telle fut entre autres celle du 12 septembre.

L'ennemi débouchait avec des colonnes considérables; la 19e fut longtemps obligée de lutter seule, de faire seule face à l'attaque. Elle réussit cependant à se maintenir; elle paralysa tout un jour les efforts de 10,000 hommes, et eut le bonheur de contribuer à sauver le parc d'artillerie et le quartier-général de la division. Cette affaire lui coûta une centaine d'hommes: de ce nombre était le chef de bataillon Vamponeck, qui, se laissant emporter par son courage, fut atteint de deux coups de lance, à la tête d'un gros de tirailleurs qu'il poussait en avant.

L'ennemi, battu sur tous les points, était rejeté dans Mantoue. La demi-brigade reprit les positions qu'elle occupait avant la levée du siège. Mais le champ de bataille, les fièvres, la fatigue avaient dépeuplé ses rangs; elle ne comptait plus que 300 hommes; elle alla se reposer à Milan, à Monza, à Bologne. Elle quitta cette dernière ville, le 10 janvier 1797, pour se rendre à Legnago. Elle joignit l'armée le 14, prit la droite de la division Augereau, combattit à Anghiari, à Saint-Georges, et rentra à Bologne, qu'elle quitta presque aussitôt pour faire l'expédition de la Romagne.

Elle déboucha le 2 février, devant des troupes pontificales; les dispersa, et traversa Faenza sans s'arrêter. 200 papistes retranchés avec du canon, annonçaient l'intention d'arrêter sa marche; une compagnie de grenadiers courut à eux, enleva pièces et hommes sans leur laisser le temps de faire une décharge. La demi-brigade continua son mouvement; elle gagna Cezena, Rimini , Fano , Sinigaglia , et se présenta devant Ancône, le 9 février. Sa bonne contenance, celle de la division aplanirent tous les obstacles. La colonne occupa successivement Lorette, Macerata, Tolentino, Serravale. Arrivée, le 6, à Foligno, elle en repartit le 21, et se rendit à Livourne, d'où elle passa en Corse.

Previous: 51e de bataille
Next: 40e de bataille

Library Reference Information

Type of Material: Text (Book, Microform, Electronic, etc.)
Personal Name: B., A.
Main Title: Histoire régimentaire et divisionnaire
de l'armée d'Italie,
commandée par le général Bonaparte :
historiques des demi-brigades rédigés
en vertu des ordres du général en chef Bonaparte
par les chefs de corps ou les conseils d'administration /
recueillis par A.B. ;
avec une carte,
dressée spécialement pour l'intelligence du texte.
Published/Created: Paris : A la direction du Spectateur militaire, 1844.
Description: 328 p., [1] folded leaf of plates : map ; 23 cm.
Subjects: Napoléon I, Emperor of the French, 1769-1821 --Military leadership.
First Coalition, War of the, 1792-1797--Campaigns--Italy.
LC Classification: DC223.4 .B11
Pages: 150-152