Home Store Products Research Design Strategy Support News
 Research | Napoleonic Spectateur Militaire Histoire de l'armée d'Italie French 12e de bataille

HISTOIRE
Régimentaire et Divisionnaire
DE L'ARMÉE D'ITALIE

12e DEMI-BRIGADE DE BATAILLE.

La 12 demi-brigade de bataille descendit en Italie dans le commencement de juillet 1796. Elle laissa son 3e bataillon à Aoste, traversa Milan, Lodi avec les deux autres, et arriva le 20 août à Crémone. Elle porta le même jour son 1er bataillon à Casal-Maggiore ; le 22, le 2e gagnant les bords de l'Oglio, s'établit en arrière de la digue, où arrivèrent bientôt après le 1er bataillon et le 6e de grenadiers avec de l'artillerie. Ces troupes privent les armes le 23, à dix heures du soir, précédées de deux compagnies d'élite, formées des meilleurs tireurs de la 12e, réunis, en l'absence des grenadiers, sous le nom de chasseurs-éclaireurs.

24 août. Cette avant-garde arrive à deux heures du matin sur un poste placé à l'embouchure de l'Oglio. Les chasseurs-éclaireurs l'attaquent, le feu se développe d'abord avec une vivacité rare; mais enfin les ennemis cèdent et s'enfuient. Atteints en avant de la Fossa-Maestra, ils se retirent pour faciliter le jeu de leur artillerie qui enfile l'avenue et projette la mitraille au loin. L'avant-garde n'en tient compte et continue de marcher. Mais les haies sont épaisses, les fossés profonds, et les contours de la route forment autant d'obstacles qui ne font qu'animer l'attaque. Les chasseurs redoublent d'énergie. Le 1er bataillon, commandé par le brave Beurné , les soutient. L'ennemi plie, jette une de ses pièces dans le Pô , et toujours plus vivement harcelé, il s'échappe par les routes de Cerese et de Montanara. Le général Dallemagne, qui avait commandé en général et s'était battu en soldat , prend position sur la chaussée, la droite à la Fossa-Maestra. Le 6e bataillon de grenadiers occupe les ouvrages de l'ennemi.

25. Les deux bataillons de la 12e de bataille se dirigent sur Montanara. Les ennemis, retranchés sur la gauche en avant du village, sont attaqués sur-le-champ. Les éclaireurs les serrent de front; le 1er bataillon prend à gauche, et s'avançant à la faveur des broussailles se jette sur leur flanc droit, entre au pas de charge dans leurs retranchements et les refoule sur Mantoue. Le 2e qui est eu réserve s'ébranle alors et fond sur les fuyards. Le feu des ouvrages avancés, celui des forts et des chaloupes canonnières ne peut l'arrêter. Il pousse jusqu'aux palissades, et cherche à les forcer elles-mêmes , lorsqu'un ordre positif le rappelle.

La demi-brigade s'établit sous les murs de la place, où elle resta paisible jusqu'au 10 septembre. Les éclaireurs avaient signalé l'approche de l'armée autrichienne. Les hulans commençaient à paraître. Le chef de brigade Girardon, qui commandait la 12e, imagina de les surprendre. Il porta une centaine d'hommes en avant, les plaça le long de la route de Casale; et quand tout fut disposé, un officier s'avança à la tête de quelques chasseurs à cheval. L'ennemi, donnant dans le piége, accourut au galop; l'infanterie fit feu, et coucha par terre une partie du peloton. Le soir tous les postes furent repliés sur Governolo. La division Sahuguet, dont les 2e et 3e bataillons faisaient partie, se mit en marche pour Castiglione; elle s'arrêta quelques instants, repartit à une heure du matin et se porta à Castellar. Le combat engagé presqu'aussitôt ne fut pas heureux. Le 12e reprit sa position.

13 septembre. La division Sahuguet, conduite par le général Lasalcète, se dirige sur Castiglione. Elle arrive à six heures du matin, repart à huit, atteint Goïto à onze, se remet en marche à quatre, entre à huit à Sainte-Marie-des-Gràces, reprend son mouvement à dix, retourne à Goïto, et s'établit dans la position qu'elle avait quittée la veille. Porto-Legnago est repris. Le général Sandos retire les postes qu'il avait jetés à Ostiglia, à Ponte-Molino; il fait rentrer ses troupes à Governolo et se place au-dessus de la Chiusa, la droite au Mincio, la gauche à Borgoforte avec des grand'gardes sur les routes de Virgiliana et de Cerese. Le pont de Governolo est couvert.

14. La division Augereau prend position à Governolo. Le 1er bataillon de la 12e de bataille est relevé, le 2e et le 3e quittent Goïto à deux heures du matin avec la division Sahuguet et marchent sur Saint-Antoine. La 6e demi-brigade arrive. On attaque l'ennemi, on le force, on lui prend une pièce de canon. La 12e continue de le charger, et le pousse jusqu'à l'église de Saint-Antoine; mais la colonne de gauche se trouve hors d'état de se déployer. Il attaque, reprend la pièce, et refoule les assaillants, partie sur Marmirolo, partie sur Castiglione.

15. Le général Sahuguet reprend l'attaque. La 12e rentre dans Saint-Antoine. Les troupes d'Augereau s'emparent de Saint-Georges; l'ennemi est rompu, mis en fuite, et obligé, après sept heures de combat, de se réfugier dans la citadelle.

19. On fouille le Seraglio. Le général Sandos envoie un détachement de la 12e à Ostiglia.

22. Les reconnaissances rapportent que l'ennemi attaque le camp de Sainte-Marie-des-Gràces., et occupe Borgoforte. 100 hommes de la 12e passent le Pô, à San Benedetto, avec 50 hussards du 1er régiment. Ils remontent le fleuve jusqu'à la hauteur de Borgoforte, et brûlent toutes les barques, tous les bateaux qui peuvent servir à faire passer des vivres à Mantoue.

23. Les avant-postes de Governolo sont attaques au point du jour par deux colonnes sorties de Mantoue. L'une se présente par la route de San-Jacomo, l'autre, précédée d'une centaine de volontaires et d'une soixantaine de pionniers, s'avance avec du canon par ]a digue du Mincio. Les troupes postées à Saint-Léon passent ce fleuve, et se portent sur la route de Borgoforte. La 4e de bataille reste en réserve à Governolo. Le chef de brigade Girardon, chargé de Couvrir ce poste, remonte la rive gauche du Mincio avec le 1er bataillon de la 12e de bataille et le 3e de la 12e légère. Apercevant une colonne ennemie qui manœuvre par la rive opposée, il laisse une partie de ses troupes sur la route, fait avec l'autre un changement de front à gauche, et s'établit derrière la digue. Il ouvre un feu si vif et si subit, que les ennemis, désorganisés, ne peuvent se déployer. Eu vain ils essaient de mettre en batterie; les tirailleurs de la 12e de bataille, couverts par nu saillant du fleuve, jettent bas les canonniers à mesure qu'ils se montrent. Le général Sandos arrive de sou côté avec quelques troupes; le désordre des Autrichiens est au comble, mais, protégés par unbrouillard subit, ils se reforment, placent un obusier au tournant du Mincio, et enfilent la position de la 12e de bataille, Inutiles dispositions! Le temps s'est éclairci, le feu recommence. L'ennemi rompu. met bas les armes ou s'échappe en tumulte.

Et, chose singulière! la demi-brigade n'a qu'un homme de blessé.

La colonne venue par la route de Cerese n'est pas plus heureuse. Battue par Augereau, elle s'éloigne après une perte considérable.

14 octobre. La 12e de bataille se porte devant Belfiore; elle prend position en arrière de la route, la droite à la Chiusa-Nova, la gauche à la route de Montanara. La 6e de bataille, délogée par l'ennemi, s'établit en avant et dans une direction parallèle. Elles se retranchent l'une et l'autre.

19. Le 1er elle 2 bataillon de la 12e relèvent la 11e à Cerese.

23 et 24. On jette des obus dans Mantoue. Ces projectiles ne font que rendre plus vif le feu des remparts.

28. Attaque de Saint-Georges. - Les troupes de la division se rendent aux retranchements. L'ennemi les canonne de ses ouvrages de Pradella et des bastions de Belfiore.

3 novembre. Le 3e bataillon relève la 33e à Pradella.

5. On saisit toutes les barques. Défense aux habitants d'approcher du lac et de sortir la nuit.

2l. On annonce la marche d'Alvinzi. Le chef de bataillon Beurné se rend à Governolo avec 30 dragons, pour éclairer les routes qui aboutissent à ce point.

22. Les 3 compagnies de grenadiers restées à Coni arrivent à Goïto.

23. L'ennemi fait une sortie par la citadelle; il se porte sur Saint-Antoine, la Favorite et Prada. La 1er division, dont les grenadiers de la 12e font partie, le rejette dans la place.

17 décembre. L'ennemi tente une sortie pour joindre la colonne de Provera. Les grenadiers de la 12e de bataille font l'avant-garde des deux colonnes commandées l'une par l'adjudant-général Rimbaud, chargé de se porter en avant de la Favorite, l'autre par le chef de brigade Moreau, qui doit se jeter dans les retranchements, pour empêcher la jonction. Provera rend les armes. La garnison rentre dans la place.

Un détachement, formé de 300 hommes de la 12e et de 300 hommes de la 6e marche au secours de Saint-Georges. Arrivé au pont de Formigosa, le général Moreau, qui le conduit, fait halte, et s'amuse à pousser des reconnaissances. Le général Dallemagne, qui sent le prix du temps, accourt en toute hâte, et prend lui-même la conduite du détachement.

Les compagnies de grenadiers joignent la demi-brigade à la Chiusa-Nova.

6 janvier 1797. Reddition de Mantoue.

7. La 12e se rend à Castellar. Elle y trouva le feld-maréchal Wurmser, et la 1er colonne sortie de Mantoue.

8. Elle escorte cette colonne jusqu'à San-Pietro de Legnago. De là elle gagne la Piave, fouille les bois de Montebelluno, et porte son 1er bataillon à Fanzuelo, pour garder les défilés qui mènent à la rivière.

11. Passage de la Piave. La demi-brigade prend position en avant de Saint-Martin.

14. Passage de la Livenza.

15. Passage du Tagliamento en présence de l'armée ennemie, commandée par l'archiduc Charles. La division Serrurier, dont la 12e fait partie, passe au-dessous de Valvasone. Elle prend position, le 21, à un mille du fleuve, sur in route de Palma-Nova la 12e et la 64e forment, par ordre du général en chef, une flèche devant le gué, chacune faisant face en dehors, appuyée au Tagliamento. La 69e l'este en réserve sur la rive droite.

18. La division se forme en bataille sur les bords de l'Isonzo. L'ennemi canonne de la rive gauche. Le général en chef arrive, et dispose les troupes dans l'ordre suivant. La 12e en bataillon carré sans fond, savoir le 2e bataillon en bataille , le 1er et le 3e déployés en colonnes serrées par divisions sur les ailes du 2e; la 64e en colonnes serrées par divisions, la droite en tête; les grenadiers de ces deux demi-brigades, à la gauche de la ligne, en colonnes serrées; le 14e de dragons, à droite de la 12e, le 1er régiment de cavalerie au centre, un bataillon de la 21e légère à la tête de chacune de ces colonnes. L'artillerie, en position et en batterie derrière la digue, lâche quelques coups. Les colonnes s'ébranlent au pas de charge, franchissent l'Isonzo et se déploient sur la route, au-delà du village. L'infanterie légère se porte en avant par diverses directions. Le général en chef fait marcher sur Gradisca, qui est attaqué par Bernadotte. La division se met en route, à l'exception des grenadiers, qui restent en position sur l'Isonzo. Elle arrive devant la place un peu avant la nuit. L'ennemi cesse le feu et capitule.

La division appuie sa droite au pont de l'Isonzo; elle met son artillerie légère en batterie, se reporte en arrière et s'établit près du chemin qui mène à Gorizia. La division Bernadotte n'avait placé que quelques postes sur la rive gauche.

La nuit commence à être noire. Un corps autrichien arrive par les hauteurs. Il surprend les postes de la 15e légère, descend dans le vallon , s'approche de la 12e, et commence le feu. La demi-brigade court aux armes, les Autrichiens fléchissent et s'éloignent.

La 12e entra ensuite dans les gorges ; elle prit part aux diverses affaires qui suivirent la capitulation de Gradisca, et apprit , par la voie de l'ordre du jour, les préliminaires de Léoben.

Le chef de brigade,

GIRARDON.

Previous: 5e régiment de dragons
Next: 11e légère

Library Reference Information

Type of Material: Text (Book, Microform, Electronic, etc.)
Personal Name: B., A.
Main Title: Histoire régimentaire et divisionnaire
de l'armée d'Italie,
commandée par le général Bonaparte :
historiques des demi-brigades rédigés
en vertu des ordres du général en chef Bonaparte
par les chefs de corps ou les conseils d'administration /
recueillis par A.B. ;
avec une carte,
dressée spécialement pour l'intelligence du texte.
Published/Created: Paris : A la direction du Spectateur militaire, 1844.
Description: 328 p., [1] folded leaf of plates : map ; 23 cm.
Subjects: Napoléon I, Emperor of the French, 1769-1821 --Military leadership.
First Coalition, War of the, 1792-1797--Campaigns--Italy.
LC Classification: DC223.4 .B11
Pages: 228-235