Home Store Products Research Design Strategy Support News
 Research | Napoleonic Cugnac Campagne de L’Armée de Réserve en 1800 French Partie 1 Annnexe 21

CAMPAGNE
DE
L'ARMÉE DE RÉSERVE
EN 1800

{p.684}

(PREMIÈRE PARTIE)
ANNEXE N° 21
(Reconnaissance des cols des Alpes des vallées de Cogne et de Champorcher)

Rapport sur la reconnaissance militaire du chemin qui conduit d'Aoste à Bard par les vallées de Cogne et de Champorchier, faite par le capitaine du génie soussigné, en exécution de l'ordre du général Dupont, chef de l'état-major général de l'armée, en date du 27 courant.

30 floréal an 8 (20 mai 1800).

Conformément aux ordres du chef de l'état-major de l'armée, je me suis rendu près du général Chabran, chargé de diriger cette reconnaissance, pour lui demander ses instructions.

Le général m'a adjoint le capitaine du génie Fabrègue, employé dans sa division, et a mis à sa disposition un détachement de 100 hommes d'infanterie légère et une compagnie de sapeurs, à l'effet de protéger la reconnaissance qu'il nous a ordonné de pousser le plus loin possible; il nous a autorisé en même temps à requérir tous les villages situés sur notre route, de travailler à la réparation des chemins.

Nous sommes partis d'Aoste le 28 à midi, et le 29, à la même heure, nous étions au col de la Fenêtre, qui sépare la vallée de Cogne de celle de Chiam-Porciero ou Champorchier. Pendant la marche, le capitaine du génie Fabrègue s'est particulièrement occupé de faire rassembler les paysans et de les répartir sur les chemins qui nous ont paru avoir le plus besoin d'être réparés. Je me suis borné à reconnaître les lieux et à prendre les renseignements qui m'ont paru nécessaires pour remplir le but de ma mission. Le tableau ci-joint présente tous les détails de la reconnaissance dont j'ai été chargé. Je n'ai donc plus qu'à en exposer succinctement le résultat:

1° Le chemin qui conduit d'Aoste à Bard par la vallée de Champorchier est impraticable pour le transport des canons sur des traîneaux; il faudrait, pour le mettre en état, un temps considérable et des moyens extraordinaires, tels que le jeu de la mine, etc., etc.

2° Pour faire passer de l'infanterie par ce même chemin, il faudrait la faire bivouaquer à la chapelle du Cray, d'où elle partirait au point du jour pour traverser les neiges du col de la Fenêtre dans le moment le plus favorable.

3° Il est très probable que la cavalerie pourrait aussi franchir le col de la Fenêtre sans aucun danger, en suivant immédiatement une colonne d'infanterie qui aurait frayé le passage et procuré plus de fermeté à la neige.

4° D'après le rapport de plusieurs habitants de Cogne qui m'ont paru très dignes de foi et suffisamment instruits, les positions qu'occupent l'ennemi dans la vallée de Champorchier peuvent être facilement tournées au moyen de plusieurs sentiers, qui ne se trouvent pas exprimés sur la carte, mais qui sont connus dans le pays.

5° Le village de Cogne peut fournir les ressources suffisantes pour le passage d'une colonne, tant en vivres qu'en fourrages et mulets; on y trouverait des {p.685} guides très intelligents et très sûrs et beaucoup d'habitants disposés à servir les Français de tous leurs moyens.

Il suit, de cet exposé, que le travail que l'on fait présentement au chemin, depuis Cogne jusqu'au col de la Fenêtre, et que l'on continuera jusqu'à nouvel ordre, est parfaitement inutile sous le rapport du passage de l'artillerie.

Ce travail peut avoir cependant un résultat avantageux; le grand mouvement donné, aux habitants de tous les villages, le bruit accrédité de l'arrivée prochaine d'une colonne avec des canons et l'occupation du Cray par un détachement de troupes de ligne, tout cela peut inquiéter l'ennemi et lui faire craindre d'être effectivement tourné par cet endroit. J'ai même la certitude que deux hommes ont passé hier secrètement le col et ont pris le chemin de Champorchier; il n'y a pas de doute que ces deux hommes ne soient des espions.

Le Capitaine du génie chargé de la reconnaissance,

CAMUS.

{p.686} Tableau contenant les détails de la reconnaissance militaire du chemin qui conduit d'Aoste au fort de Bard par les vallées de Cogne et de Chiam-Porciero.

{p.687}
DÉSIGNATION
des
LIEUX DE PASSAGE.
LEURS DISTANCES
respectives.
NATURE
DES CHEMINS.
OBSERVATIONS.
 
SAINT- PIERRE, petit village dans la vallée d'Aoste. 2 heures d'Aoste. Grande route Ce pays est assez abondant en vivres et en fourrages.
VILLENEUVE, fort village dans la vallée d'Aoste. 1 heure de 1 Saint-Pierre. Idem.
 
SAINT-LÉGER, hameau dans une gorge très resserrée. 1 heure. Sentier assez commode et suffisant pour transporter l'artillerie sur des traîneaux. Pays stérile et misérable.
LA VIEILLE (1) Idem. Idem, moyennant de légères réparations en quelques endroits.
ESPINELLE (2), hameau considérable de la paroisse de Cogne. 2 heures. Idem, quoique un peu; escarpé.
COGNE, très fort village. 1/2 heure. Chemin très commode. Ce village considérable peut offrir bien des ressources; les habitants aiment généralement les Français et sont disposés à les servir.
LISLE, hameau de la commune de Cogne. 1/2 heure. Idem.
CHAPELLE DU CRAY 1 heure. Sentier extrêmement étroit sur le revers de la montagne de l'Argentier; comme il est taillé dans le roc, on ne saurait l'élargir dans bien des endroits qu'en faisant jouer la mine; il est de toute impossibilité d'y faire passer des traîneaux. Ce point, situé en deçà de la montagne et très près du col de la Fenêtre, m'a paru propre à faire bivouaquer la troupe; Il se trouve une quantité suffisante de bois dans le voisinage.
LÉPIANAS, petit hameau qui n'est habité que dans l'été par les gardes-troupeaux. 1 heure. Idem. Il est de plus situé sur des précipices.
LE COL DE LA FENÊTRE. 1 heure. Passage assez escarpé et couvert de neige; les habitants du pays le traversent rarement dans cette saison; cependant, avec de bons guides, on peut le faire sans danger en s'y prenant de très grand matin.
DONDAIGNES, hameau de la vallée de Champorcier. 2 heures. Pendant ces deux heures de marche on descend la montagne: le chemin est couvert de neige comme le précédent. Les habitants de Dondaignes ont pris les armes contre les Français dans la dernière campagne, suivant tous les avis que j'ai reçus; il est prudent de s'en défier
CHAMPORCIER 2 heures. Sentier assez commode qui exigerait cependant des répartitions en plusieurs endroits, si l'on voulait y faire passer de l'artillerie. L'ennemi occupe quelques positions qui dominent les passages, mais les habitants de Cogne m'est assuré qu'il y avait des sentiers au moyen desquels l'infanterie pourrait les tourner.
BARD 5 heures. Beau chemin.

Le Capitaine du génie chargé de la reconnaissance,

CAMUS.

Previous: ANNEXE N° 20: (Reconnaissance des cols des Alpes du Mont-Cenis au Splugen)
Next: ANNEXE N° 22: (Reconnaissance des cols des Alpes du Saint-Gothard et des cols voisins)
    {p.684} {p.685} {p.686}
  1. Vièges.
  2. Le Pinei. {p.687}

Library Reference Information

Type of Material: Text (Book, Microform, Electronic, etc.)
Personal Name: Cugnac, Gaspar Jean Marie René de, 1861-
Main Title: Campagne de l'armée de réserve en 1800 ...
par le captaine de Cugnac ...
Published/Created: Paris, R. Chapelot et ce., 1900-1901.
Description: 2 v. 21 maps (partly fold.) 14 facsim. (partly fold. 25 cm.
Contents: t. 1. Passage du Grand-Saint-Bernard.--t. 2. Marengo.
Subjects: Napoleonic Wars, 1800-1815--Campaigns--Italy.
France--History--Consulate and Empire, 1799-1815.
LC Classification: DC223.7 .C96